DEVENIR MÉCÈNE

12 mai 1871
Mort de Daniel-François-Esprit Auber

La carrière musicale de Daniel-François-Esprit Auber est étroitement liée à l’Opéra-Comique de Paris, qui lui fournit son premier maître de musique en la personne du baryton Martin et pour lequel il composa, entre 1813 et 1869, plus de 30 opéras comiques. Initié tôt à la musique, remarqué à 24 ans par Cherubini, il fallut pourtant la mort de son père et la faillite du commerce familiale pour qu’Auber se décide, à 37 ans, à devenir compositeur professionnel. Emblématique de la vie culturelle française du XIXe siècle, le genre de l’opéra-comique, dans lequel Auber s’est principalement illustré, fait de lui un musicien de tout premier plan, sans doute le compositeur lyrique français le plus joué en son temps. Il fut élu à l’Institut de France en 1829.

Auber par Edmond Morin, d’après Bocourt © Paris Musées / Musée des Beaux-Arts de la Ville de Paris, Petit Palais

Né sous Louis XVI, mort sous la Commune, Auber est une figure de tout premier plan de la vie musicale et théâtrale du XIXe siècle – ce que l’oubli dans lequel il est tombé au siècle suivant ne doit pas masquer. Issu d’une famille parisienne de la moyenne bourgeoisie, il grandit dans un milieu cultivé. Son père, officier des chasses royales et peintre, doit se reconvertir dans le commerce d’estampes sous la Révolution. C’est lui qui initie son fils à la musique avant de le confier au baryton Martin et à Ladurner, professeur de piano au Conservatoire. Le jeune Auber apprend le chant, le piano, le violon et le violoncelle. Il n’en effectue pas moins, afin de reprendre le commerce paternel, un séjour de seize mois à Londres en 1802-1803. Ce sera le seul grand voyage de ce Parisien, très attaché à sa ville et qui vécut toute sa vie rue Saint-Georges. En 1806, Auber est remarqué par Cherubini qui lui donne des cours particuliers pendant trois ans et qui l’introduit chez le prince de Caraman Chimay. Celui-ci en fait son maître de musique, tant dans son hôtel parisien que dans son château en Belgique. C’est là qu’Auber donne en 1812 son premier opéra-comique, Jean de Couvin, avant de débuter l’année suivante à l’Opéra-Comique avec Le Séjour militaire. La mort de son père en 1820 – qui a pour conséquence la ruine de la famille – le décide à choisir (à 37 ans !) la carrière de compositeur professionnel. La rencontre avec Eugène Scribe est décisive. La première œuvre signée de leurs deux noms est en 1823 Leicester ou le Château de Kenilworth. L’œuvre est jouée 145 fois jusqu’en 1831 et connaît un succès international, de l’Allemagne à l’Angleterre en passant par la Scandinavie. Exceptionnelle à bien des égards, la collaboration d’Auber et Scribe va durer jusqu’en 1864 (année de la création de La Fiancée du roi de Garbe, trois ans après la mort du librettiste) ; elle se concrétise par pas moins de 39 œuvres, à savoir 29 opéras-comiques, 8 opéras et 2 ballets. À leur propos, Heinrich Heine écrivait en 1844 : « Ils savent nous amuser agréablement et parfois même nous enchanter ou nous éblouir par les lumineuses facettes de leur esprit ».

1823 est également l’année où Auber débute à l’Opéra avec Vendôme en Espagne, une pièce de circonstance composée avec Hérold et montée pour célébrer le duc d’Angoulême après la guerre d’Espagne. Le musicien fait à cette époque la connaissance de Rossini dont les œuvres enthousiasment les dilettantes du Théâtre-Italien et dont il subit l’influence. 1825 est l’année du grand succès du Maçon, joué 525 fois jusqu’en 1875. Trois ans plus tard, Auber et Scribe jettent les bases du grand opéra avec La Muette de Portici, joué plus de 500 fois jusqu’en 1882. Leur domination sur l’opéra-comique est symbolisée, au début de 1830, par le triomphe de Fra Diavolo – un triomphe durable puisque l’ouvrage reste au répertoire jusqu’en 1906 avec 909 représentations. Dès le début de la monarchie de Juillet, Auber apparaît donc comme le chef de l’école française d’opéra. Il est vrai qu’il n’a pas vraiment d’autres grands succès à l’Opéra, malgré des tentatives ambitieuses comme Gustave III ou le Bal masqué en 1833 (avec son célèbre galop du 5e acte) ou l’opéra biblique L’Enfant prodigue en 1850. Sa carrière est bien plus heureuse à l’Opéra-Comique avec notamment : Le Cheval de bronze (1835), Le Domino noir (1837, 1209 représentations jusqu’en 1909), Haydée ou le secret (1847), Manon Lescaut (1856, mal accueilli). Il fait jouer son dernier ouvrage, Le Premier jour de bonheur, en 1868, à l’âge de 86 ans.

Parallèlement à la composition, Auber a accompli une très belle carrière officielle : successeur de Gossec à l’Académie des Beaux-Arts en 1829, il devint directeur des Concerts de la cour en 1839, directeur du Conservatoire en 1842, directeur de la Chapelle et de la Chambre impériales en 1853. Ces honneurs ont contribué à donner de lui l’image, à vrai dire fort réductrice, d’un musicien académique. Bien plus pertinent est ce jugement porté par Richard Wagner en 1842 : « Sa musique, tout à la fois élégante et populaire, facile et précise, gracieuse et hardie, se laissant aller avec un sans-façon merveilleux à son caprice, avait toutes les qualités nécessaires pour s’emparer du goût du public et le dominer. [Auber] s’empara de la chanson avec une vivacité spirituelle, en multiplia les rythmes à l’infini, et sut donner aux morceaux d’ensemble un entrain, une fraîcheur caractéristiques à peu près inconnus avant lui. »

 

Jean-Claude Yon, directeur d’études à l’EPHE, spécialiste de l’histoire des spectacles

 

À écouter :

Fra Diavolo, avec Nicolai Gedda, livret d’E. Scribe, musique de D.-F.-E. Auber, EMI Classics

La Muette de Portici, avec Alfredo Kraus, livret d’E. Scribe et G. Delavigne, musique de D.-F.-E. Auber, EMI Classics

Le Domino noir, avec Sumi Jo, livret d’E. Scribe, musique de D.-F.-E. Auber, Decca 

Manon Lescaut, avec Mady Mesplé, livret d’E. Scribe, musique de D.-F.-E. Auber, EMI Classics

À voir :

Marco Spada, de Joseph Mazillier et Pierre Lacotte au Bolchoï, musique de D.-F.-E. Auber, Belle Air classiques

La Muette de Portici, Le théâtre en images, n° 143, estampe, 1863
© Gallica / BnF
Carte postale. Le boulevard des Italiens en 1850 © Geneanet
Page de titre de Marco Spada, opéra comique d’Auber
© Paris-Musées / Musée Carnavalet

Actualités

Opéra-comique en ligne | Fra Diavolo, avec l’orchestre Philarmonique de Munich, sur Play RTS

Dans la veine du grand opéra-comique, Fra Diavolo est un petit bijou lyrique. Pétillant et rocambolesque, ce théâtre des dernières heures de la Seconde Restauration en France est simplement irrésistible ; surtout avec le grand ténor Nicolaï Gedda dans le rôle titre !

Pour en savoir plus : En ligne jusqu’au dimanche 17 mai sur Play RTS.

 

Disque : Ouvertures, vol. 4 - Le duc d’Olonne / Fra Diavolo / Le Philtre / Actéon / Divertissement de Versailles (Philharmonique morave, Salvi)

Daniel-François-Esprit Auber fut l’un des compositeurs les plus célèbres du XIXe siècle, donnant une forme définitive aux genres Français uniques du grand opéra historique et de l’opéra-comique. Ses ouvertures sont devenues célèbres dans le monde entier pour leur élégance dansante et leurs mélodies fluides, reflet à la fois de sa personnalité géniale et du goût et du raffinement parisiens de son époque. Ce programme comprend des ouvertures et des entr’actes de l’opéra le plus célèbre d’Auber sur le célèbre voleur-chef Fra Diavolo, et de l’une de ses œuvres les moins connues, La Fiancée du Roi de Garbe.

Pour en savoir plus : Catalogue Naxos Records

Retour haut de page