DEVENIR MÉCÈNE

25 mars 1921
Naissance de Simone Signoret

Révélée en 1951 dans Casque d’or de Jacques Becquer, Simone Signoret mène une brillante carrière au cinéma. Pendant plus de trente ans, elle forme avec Yves Montand un couple mythique, dont la presse relaie abondamment les succès d’acteurs et les engagements politiques. Bien que son corps accuse prématurément les années, Simone Signoret ne cessera jamais de tourner, aussi charismatique dans ses rôles de femme vieillissante qu’avec la beauté solaire de ses débuts. 

 

© Robert et Raymond Hakim/Paris Film/Diltz/Bridgeman Images

Si chaque acteur ou actrice trouve une fois dans sa carrière le rôle qui cristallise son image, qui fait résonner une part de sa vérité en même temps que son aura singulière, le personnage de Mathilde, résistante dans L’Armée des ombres, pourrait être celui de Simone Signoret. Elle y incarne une femme mûre, organisant tranquillement les expéditions les plus risquées contre la gestapo, suscitant par ses engagements l’admiration de ses amis autant que leur affection, engageant les autres par son seul exemple à plus de conscience et de courage. L’autorité de l’actrice est toute entière dans ce portrait, sa chaleur, son exigence morale, son professionnalisme. Jusqu’aux scènes de déguisements, dans lesquelles elle se grime et cherche des personnages, et dans lesquelles elle retrouve, entre autres, les attributs des prostituées qui ont marqué ses débuts éblouissants, de Dédée d’Anvers à Casque d’or en passant par La Ronde. Un clin d’œil de Jean-Pierre Melville à la carrière déjà mythique de celle qui, d’un voyage provocateur en URSS à la reconnaissance (rarissime pour une actrice française) d’un Oscar à Hollywood, eut dans le monde entier un statut de star. 

Il y a en effet de très grandes actrices dont l’aura ne dépasse pas les bords du cadre ou des  planches, et il y a des stars dont l’image privée se mêle facilement aux rôles qu’elles interprètent… et puis il y a celles, beaucoup plus rares, dont l’autorité d’actrice et l’autorité de femme se font écho : c’est le cas de Simone Signoret. Elle fut une grande dame du cinéma français, non seulement parce qu’elle était une actrice impeccable, non seulement parce que sa liberté débordait largement le domaine du spectacle pour afficher ses engagements dans la sphère politique aussi bien que privée, mais parce qu’elle entraînait dans son sillage mari, amis, collaborateurs, marquant de sa présence des cercles de plus en plus lointains, jusqu’aux téléspectateurs de ses derniers rôles. 

Signoret restera un exemple rare d’actrice composant avec son corps, assumant les contraintes de celui-ci à tout âge : il faut la voir utiliser la maladresse de sa démarche en talons hauts sur les pavés d’Anvers, donnant à Dédée une allure gamine qui contraste avec son visage sculptural, comme il faut admirer de la même façon le trouble qui saisit sa silhouette vieillissante face à Alain Delon dans La Veuve Couderc ou Les Granges brûlées. Du grand art qui puise dans une certaine idée de soi, de son métier, de sa condition… 

 

Vincent Amiel, professeur à l’université Panthéon-Sorbonne et à l’ESRA, auteur de Josef L. Mankievicz et son double et d’une Histoire Vagabonde du cinéma (avec José Moure) 

 

À lire 

Simone Signoret, La Nostalgie n’est plus ce qu’elle était, Paris, éditions du Seuil, 2010  

Vincent Amiel, Jacqueline Nacache, Geneviève Sellier, Christian Viviani (dir.), L’Acteur de cinéma, approches plurielles, PUR-éditions, collection Le spectaculaire cinéma, 2007 

Vincent Amiel, José Moure, Histoire Vagabonde du Cinéma, Paris, éditions Vendémiaire, 2020 
 

À voir

L’Armée des ombres, de Jean-Pierre Melville 

Casque d’or, de Jacques Becker 

Dédée d’Anvers, d’Yves Allégret 

La Ronde, de Max Ophuls 

La Veuve Couderc, de Pierre Granier-Deferre 

Les Granges brûlées, de Jean Chapot 

Simone Signoret et Yves Montand à la cérémonie des Oscars, 1960 © Wikicommons
Simone Signoret dans Adua et ses compagnes, d’Antonio Pietrangeli © Wikicommons

Ressources

INA :  Simone Signoret sur sa conception du militantisme politique

France Culture : émission sur Simone Signoret

CNC : Simone Signoret, une actrice engagée : retour sur quatre films emblématiques

RTS : Simone Signoret racontée par sa fille Catherine Allégret

Ciné-ressources : notice biographique de Simone Signoret

Actualités

Documentaire Arte : Simone Signoret, figure libre

De “Casque d’or” aux “Chemins de la haute ville”, qui lui vaut un Oscar en 1960, de “Thérèse Raquin” à “La vie devant soi”, en passant par “La ronde”, “Les diaboliques”, “La veuve Couderc” ou “L’armée des ombres”, Simone Signoret a toujours refusé de se laisser enfermer dans le cliché de l’idéal féminin. Portrait émouvant d’une actrice dont la vie fut marquée par l’engagement. 

Pour en savoir plus :  En accès gratuit sur arte.tv du 1er mars au 2 avril, diffusé sur Arte le samedi 27 mars à 2:55 (arte.tv). 

Podcast France Culture : Simone Signoret (1921-1985) : une femme de tête et de cœur

De “Casque d’or” à “Madame Rosa”, Simone Signoret a tourné plusieurs dizaines de films. Première actrice à recevoir un Oscar à Hollywood, elle est aussi une femme de tête et de cœur. 

Pour en savoir plus :  Émission accessible sur le site de France Culture (franceculture.fr) 

Emission Arte - Blow up : C’était quoi Simone Signoret ?

Une imminente soirée spéciale Simone Signoret sur ARTE avec la diffusion de Thérèse Raquin suivi d’un documentaire nous permet de poser cette question traditionnelle : c’était qui ou plutôt c’était quoi, justement, Simone Signoret ? 

Pour en savoir plus : Vidéo disponible gratuitement sur le site d’Arte TV (arte.tv). 

Livre : Benjamin Castaldi, Je vous ai tant aimés…

Benjamin Castaldi se souvient de sa grand-mère Simone Signoret et d’Yves Montand, le père adoptif de sa mère Catherine Allégret, dont il fut proche jusqu’à la fin de leur vie, dans leur maison d’Autheuil. Il imagine avec tendresse leur rencontre, et fait le récit de cet amour. 

Pour en savoir plus : Benjamin Castaldi, Je vous ai tant aimés…, collection Documents, Editions du Rocher, Monaco, 2021. 

Retour haut de page