DEVENIR MÉCÈNE

28 octobre 1921
Refondation de l'Académie de Marine

Fondée en 1752 dans la cité du Ponant, à Brest, puis dissoute à la Révolution comme toutes les académies, l’Académie de Marine ne fut refondée qu’en 1921, à Paris, où elle prit ses quartiers au Ministère de la Marine. Entre sa disparition et sa renaissance, l’interim fut assuré à partir de 1795 par le Bureau des Longitudes, à l’Institut de France, sans toutefois recouvrir l’intégralité de ses missions. Avec ses 78 membres répartis en six sections, l’Académie de Marine rassemble en effet des personnalités aussi diverses que des officiers de marine, des ingénieurs, des scientifiques, des spécialistes du droit maritime, mais aussi des historiens, des écrivains et des artistes, réunis non par une spécialité ou une discipline, mais par le vaste champ d’exploration de la Mer.

La création de l’Académie de Marine, au milieu du XVIIIe siècle, s’inscrit dans la dynamique des progrès scientifiques de cette époque. C’est en effet pour permettre à tous les marins de profiter des avancées considérables que connaissaient les sciences nautiques à l’époque de Louis XV que quelques officiers se réunissent alors pour discuter de ces découvertes et en diffuser les résultats. Des rencontres informelles sont organisées à Brest chez le capitaine de vaisseau Bigot de Morogues depuis 1749, conduisant en 1752 à la création dans cette ville de « l’Académie générale pour tous les ports » : dernière-née des académies d’Ancien Régime elle reçoit en 1769, sur le rapport favorable de plusieurs savants, dont Duhamel du Monceau, le titre d’Académie royale.

Elle doit traiter de « tout ce qui a rapport à la marine », et elle a une activité importante, réduite toutefois par les périodes de guerre, lorsque les officiers sont en mer ou au combat. Des réunions hebdomadaires traitent des domaines dans lesquelles les perfectionnements sont les plus importants : construction navale, arrimage des vaisseaux, mais aussi détermination de la longitude, pour l’amélioration de laquelle l’Académie peut prêter aux officiers des instruments capables de fournir les mesures les plus précises.  Afin de développer le plus largement possible la diffusion des sciences nautiques, l’Académie doit constituer une bibliothèque et se lancer dans la rédaction d’un dictionnaire, qui est publié dans l’Encyclopédie méthodique, partie marine (publiée par S.-H. Vial Du Clairbois entre 1783 et 1787).

Comme les autres académies, l’Académie de Marine est supprimée le 8 août 1793. Deux ans plus tard, la veille de sa dernière séance, le 25 octobre 1795, la Convention crée l’Institut de France regroupant les cinq Académies, dont l’Académie des Sciences. Dès le 25 juin 1795, est également fondé le Bureau des Longitudes, chargé de publier les données nécessaires à l’application des nouvelles mesures décimales, ainsi que les éphémérides.

Mais les besoins auxquels répondait l’Académie royale de Marine ne sont pas totalement couverts par ces nouvelles institutions au sein desquelles on retrouve plusieurs académiciens de l’Académie de Marine. Certains des membres du Bureau des Longitudes, en particulier, ne manquent pas de signaler que les questions maritimes n’y trouvent pas toute leur place et que l’évolution des sciences nautiques nécessite encore accompagnement et formation. À plusieurs reprises, entre 1810 et 1816, des mémoires sont adressés au ministre de la Marine pour lui demander la reconstitution d’une Académie dédiée aux sciences maritimes.  Malgré l’intérêt de ces mémoires et la qualité de leurs propositions, en particulier celui que publie Dupin en 1815, ce n’est qu’en 1921 que l’Académie est reconstituée.

Une séance solennelle, à laquelle participe le Président de la République, se déroule le 28 octobre 1921 dans l’amphithéâtre Richelieu de la Sorbonne. Le discours inaugural du ministre de la Marine salue la continuité des missions de l’Académie et la nouvelle compagnie se voit chargée de « provoquer le développement des hautes études concernant les questions maritimes et de reprendre ainsi l’œuvre de l’ancienne académie de Brest ». L’Académie est reconstituée au sein de la Ligue maritime et coloniale, mais ce statut évolue rapidement. En effet, il ne permet pas à l’Académie de réaliser le programme qui lui a été fixé, tant par les limites qui lui sont imposées dans le choix de ses membres que par celles qui entravent sa gestion budgétaire ; mais surtout les objectifs de la Ligue et ceux de l’Académie sont tout à fait différents. Aussi la loi de finances du 19 décembre 1926, lui confère-t-elle le statut d’Établissement public de l’État, statut qui est toujours le sien actuellement.

Académie de marine

 

À lire :

Académie de Marine 1752-2002, Académie de marine, 2002 (publié en 2002 à l’occasion des 250 ans de l’Académie)

François Bellec « La refondation et les refondateurs » Communications et mémoires avril juin 2012

Etienne Taillemite « L’Académie de Marine : une histoire tourmentée » Chronique d’histoire maritime septembre 2002, n° 42, p. 37-43 https://catalogue.bnf.fr/ark:/12148/cb34363866j

Portrait de Henri Louis Duhamel de Monceau
@Musée Carnavalet/Paris Musées

Actualités

Académie de Marine : Le centenaire de sa renaissance

Pour célébrer le centenaire de sa refondation, l’Académie de Marine organise des rencontres, ainsi qu’un colloque intitulé “L’excellence maritime française”. 

Pour en savoir plus : Informations et programme détaillé sur le site

Presse : L’Académie de marine récompense le livre Histoire maritime et fluviale des Pays de la Loire de Jean-François Henry

Fondée il y a bientôt 270 ans, l’Académie de marine couvre toutes les activités à caractère maritime. Indépendamment de son Grand Prix, l’Académie décerne chaque année une dizaine de prix littéraires qui sont attribués à des ouvrages parus l’année précédente. La commission annuelle des prix de l’Académie de marine a décerné une mention 2021 à l’ouvrage Histoire maritime et fluviale des Pays de la Loire, paru dans la collection « Essentiels Patrimoines en région » en novembre 2020.

Pour en savoir plus : Article à retrouver ici . 

 

Université de Nantes  : Prix de thèse de l'Académie de Marine à M. Alain Konlac

En juillet 2021, M. Alain KONLAC a obtenu le Prix de thèse 2021 (Sciences humaines et/ou sociales) de l’Académie de Marine. La Soutenance de la thèse de doctorat en Droit a été présentée par Monsieur Alain KONLAC, dans la spécialité : Droit privé et sciences criminelles, Droit maritime sur le titre suivant : L’assurance responsabilité civile des armateurs et la mutualisation des risques : L’activité et les mécanismes de couverture des P & I Clubs“.

Pour en savoir plus : Article à retrouver ici . 

 

Académie de Marine : La Lettre d'information n°4

Dans sa quatrième lettre d’information (Juillet 2021), l’Académie de Marine informe sur les évènements du centenaire de sa refondation. La lettre propose également des rubriques sur la vie de l’Académie et les activités de ses académiciens. 

Pour en savoir plus : Lettre à retrouver ici

Retour haut de page