DEVENIR MÉCÈNE

Découvrez les Conférences
de l’Institut en vidéo

Institut de France - 16 novembre 2022

Cycle I
Composer un opéra au XXIᵉ siècle

Proposé par Laurent Petitgirard (Secrétaire perpétuel de l'Académie des beaux-arts)

Laurent Petitgirard, Secrétaire perpétuel de l’Académie des beaux-arts, Compositeur.

Thierry Escaich, compositeur et membre de l’Académie des beaux-arts.

Philippe Hersant, compositeur

L’écriture d’un opéra entraîne son compositeur dans une démarche très différente de celle de la composition symphonique ou concertante. Elle s’étend sur une durée beaucoup plus longue et fait entrer un jeu de très no mbreux paramètres à commencer par le livret, fruit d’une intense collaboration entre le compositeur et le librettiste, à l’exception de quelques cas, qui va conditionner tout le travail de composition. Le sens dramatique, l’adéquation du langage musical avec la voix, la collaboration avec un auteur, la capacité à se concentrer sur un seul sujet pendant des années, tous ces éléments expliquent peut-être pourquoi certains compositeurs n’ont jamais écrit d’opéra, alors que d’autres n’ont composé pratiquement que cela, sans oublier bien sûr ceux qui s’expriment dans tous les domaines de l’écriture musicale. Reste le rapport toujours délicat avec les directeurs d’opéras qui se trouvent dans une position clé susceptible de dynamiser, de freiner ou d’optimiser un projet dont ils souhaitent généralement être à l’origine. C’est donc un étonnant challenge que d’écrire un opéra au XXIe siècle et j’ai pensé que les conférences de l’Institut constituaient le lieu idéal pour confronter les visions de 8 compositeurs, dont 6 membres de l’Académie des beaux-arts, aux esthétiques très différentes mais animés par cette passion de la scène et de cet art total qui continue à nous faire rêver.

Laurent Petitgirard est compositeur, chef d’orchestre, Secrétaire perpétuel de l’Académie des beauxarts depuis 2017. Auteur d’œuvres de musique symphonique et lyrique, avec notamment son premier opéra Joseph Merrick dit Elephant man en 1998, il compose également pour le cinéma et la télévision. Il fonde en 1989 l’Orchestre symphonique français qu’il dirige jusqu’en 1996. Directeur musical de l’Orchestre Colonne de 2005 à 2018, Laurent Petitgirard a également une importante activité de chef invité. Son deuxième opéra Guru, qui traite de la manipulation mentale et des dérives sectaires, sur un livret de Xavier Maurel, a été créé en septembre 2018 à l’Opéra de Szczecin (Pologne). Sa dernière œuvre, SI YEOU KI – Le Pèlerinage vers l’Ouest (2019-2020) est un ballet composé pour la chorégraphe chinoise Yabin Wang.

Cycle II
La géographie. Une boussole pour comprendre le monde

Proposé par Jean-Robert Pitte, Secrétaire perpétuel de l'Académie des sciences morales et politiques

« À quoi sert la géographie ? »

Jean-Robert Pitte, Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques.

« Le monde des Égyptiens »

Nicolas Grimal, Secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettrese texte.

« La Bible : sacrée géographie ou géographie du sacré ? »

Haïm Korsia, Académie des sciences morales et politiques.

Chacun d’entre nous vit dans un espace plus ou moins vaste, plus ou moins partagé. En réalité, même lorsqu’on ne voyage pas, ce qui a été le cas pendant la longue pandémie de la covid, par les biens et les services que nous consommons et par les informations que nous recevons, nous sommes en lien avec la planète entière. C’est l’objet même de la géographie que d’étudier la relation qui existe entre l’humanité et son environnement de plus en plus mondialisé. Pour que le monde nous soit intelligible et donc plaisant à vivre, nous avons besoin de culture géographique. 

Les conflits qui émaillent l’histoire de l’humanité depuis les temps les plus reculés naissent toujours de l’ignorance géographique qui aboutit à la peur de l’autre et peut devenir une véritable arme de destruction massive. Seule la géographie permet un diagnostic complet des questions environnementales – climatiques en particulier- qui angoissent une grande partie de nos contemporains. Elle permet de comprendre les complexes processus en cours et d’imaginer des solutions humanistes adaptées à chaque lieu, à chaque société.

Cette série de conférences abordera un échantillon des diverses conceptions du territoire, c’est-à-dire de l’espace géographique approprié, façonné par les sociétés passées et actuelles. Le bicentenaire de la Société de Géographie invite à réinvestir cette branche du savoir qui peut encore passionner et faire rêver comme au temps d’Hérodote, de Marco Polo, de Christophe Collomb, de Lapérouse, de Jules Verne et des expositions universelles. Le blanc des cartes est désormais comblé, mais il demeure encore tant de curiosités géographiques à assouvir afin que la terre soit toujours mieux la planète des hommes.

 

Jean-Robert Pitte est professeur émérite de Géographie et d’Aménagement à l’Université Paris-Sorbonne dont il a été président de 2003 à 2008. Il a créé en 2006 l’Université Paris-Sorbonne Abu Dhabi. Il est secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques, président de la Société de Géographie et membre de l’Académie du Vin de France. Il préside la Mission française du Patrimoine et des Cultures alimentaires qui a porté auprès de l’UNESCO le dossier d’inscription du repas gastronomique des Français sur la liste du patrimoine immatériel de l’humanité. Il est l’auteur d’ouvrages portant sur le paysage, l’aménagement du territoire, la gastronomie et le vin dont, parmi les plus récents, Le désir du vin à la conquête du monde, À la table des dieux, La bouteille de vin. Histoire d’une révolution, Dictionnaire amoureux de la Bourgogne, Cent petites gorgées de vin, À quoi sert la géographie  ?, L’incroyable histoire de la géographie.

Pour aller

plus loin

Retour haut de page