DEVENIR MÉCÈNE

11 février 1821
Naissance de l'égyptologue Auguste Mariette

Le décor oriental et les incroyables péripéties que traversa Auguste Mariette ne pouvaient qu’inspirer les poètes et les romanciers. Portrait d’un savant de l’Egypte encore méconnu, qui consacra sa vie à la préservation du patrimoine égyptien.

Découvrir

Tête de Râhetep (1)

Découvrez la biographie d’Auguste Mariette par Amandine Marshall, docteur en Égyptologie. 

Actualités

Livre : Auguste Mariette, un aventurier-égyptologue, d’Amandine Marshall

Auguste Mariette est, avec Champollion, considéré comme l’un des Pères de l’Égyptologie.

De Boulogne-sur-Mer aux sables de Saqqarah, ce jeune instituteur, que rien ne prédestinait à un tel destin, signa la première grande découverte archéologique en égyptologie lorsqu’il exhuma des sables de Saqqarah l’antique Sérapeum, la nécropole des taureaux sacrés Apis.

Grâce à d’innombrables anecdotes sur sa vie professionnelle et personnelle et cent-cinquante photographies et dessins (dont une soixantaine d’inédits), l’égyptologue Amandine Marshall relate la vie incroyable de cet homme hors du commun, doté d’un grand sens de l’humour.

Pour en savoir plus : Auguste Mariette, un aventurier-égyptologue, Mondes antiques, 221 p., 25 €.

Livre pour la jeunesse : Auguste Mariette : un aventurier à la conquête de l’Égypte, d’Amandine Marshall

11 février 1821. Sur les traces d’Auguste Mariette, embarque pour l’Égypte et découvre sa première aventure qui va le mener d’Alexandrie au désert de Saqqarah où il va tomber sur une tête de sphinx qui va changer sa vue et le cours de l’histoire… Entre fouilles archéologiques, complots, tentatives d’assassinat, explosion de la maison de fouilles, attaque de Bédouins, sphinx, momies, taureaux sacrés et découvertes, partage le quotidien de l’égyptologue le plus aventurier de son époque ! À travers ce roman historique, l’égyptologue Amandine Marshall invite ses jeunes lecteurs à la découverte de ce personnage haut en couleur qu’était Auguste Mariette, aussi aventurier que drôle et attachant !

Pour en savoir plus : Auguste Mariette : un aventurier à la conquête de l’Égypte, d’Amandine Marshall, La Châtaigne Bleue, 163 p., 13 €. À partir de 9 ans.

Livre : Auguste Mariette (1821-1881) : Des berges de la Liane aux rives du Nil, de Jean-Louis Podvin

Boulonnais d’origine, Auguste Mariette a sorti des sables du désert le Serapeum de Memphis, le Sphinx de Gizeh, des temples aujourd’hui célèbres (Abydos, Edfou, Karnak) et des pièces archéologiques majeures qui font encore la gloire des musées du Louvre et du Caire. Sa vie ressemble à une aventure. Père de l’archéologie en Égypte et directeur d’un service des antiquités créé par ses soins, il est aussi le chantre de la protection de son patrimoine et le fondateur du premier musée du Caire. Il participe aussi au rayonnement de l’Égypte lors des expositions universelles et de l’inauguration du canal de Suez.

Pour en savoir plus : Jean-Louis Podvin, Auguste Mariette (1821-1881) : Des berges de la Liane aux rives du Nil, éd. Harmattan, 2020

Exposition : « Auguste Mariette, l’artiste dans l’ombre du scientifique », Musée de Boulogne-sur-Mer

Inauguration prévue le 3 juillet 2021

Pour en savoir plus : Consulter le site du Musée de Boulogne-sur-Mer 

Pour aller

plus loin

Le savant à l’œuvre

Galerie d’images présentée avec l’aimable concours de Mme Besseyre et de Mme Peresan-Roudil, conservatrices de la bibliothèque de l’Institut de France, et de M. Yoann Brault.

Ces dessins et croquis réalisés sur site par Auguste Mariette témoignent du travail du savant sous ses différentes aspects : on y reconnaît la silhouette très caractéristique des pyramides de Gizeh, une fascinante transcription de hiéroglyphes, une représentation en coupe du Sphinx de Gizeh, et un dessin de sarcophage pour lequel Auguste Mariette porte une attention toute particulière à l’élégance du masque.

La photographie, qui en est à ses débuts, constitue un outil de travail supplémentaire très précieux, car elle offre une représentation exacte de la réalité et favorise une plus grande diffusion des connaissances. Celle-ci est due à John Beasley Greene, qui fit don de plusieurs clichés à l’Académie des Inscriptions et belles-lettres. Elle montre le sphinx de Gizeh en cours de désensablement. Le drapeau français dressé au sommet de la tête paraît bien incongru aujourd’hui : il témoigne des rivalités entre les différentes écoles d’archéologie et de l’importante présence française sur les sites de fouille égyptiens.

Ce dessin aquarellé a sans doute une dimension plus personnelle : en se représentant lui-même assis sur une pierre en saillie de la façade du sphinx, sous la forme d’une minuscule silhouette noire qui ressemble à une signature, Auguste Mariette songeait-il déjà à sa postérité ?

Ces documents ont été légués à la bibliothèque de l’Institut avec le fonds Gaston Maspero. Celui-ci fut le fondateur de l’Institut d’archéologie du Caire, membre de l’Académie des inscriptions et belles-lettres, très lié avec Auguste Mariette.

Auguste Mariette a été élu à l’Académie des inscriptions et belles-lettres le 10 mai 1878, trois années avant sa mort.

© Bibliothèque de l’Institut de France

Retour haut de page