DEVENIR MÉCÈNE

L'Académie de Marine aujourd'hui

L’Académie de marine est un établissement public placé sous la tutelle du Ministre des Armées et sous la protection du Président de la République. Lorsqu’une vacance est ouverte, le ou la nouveau-nouvelle membre est élu-e par les membres de l’académie et nommé-e par décret du Ministre des Armées.

Depuis sa refondation en 1921, et plus particulièrement son élection au statut d’établissement public d’État grâce à la loi de finances du 19 décembre 1926, les sections de l’Académie font une place à toutes les composantes de la vie maritime. Ses membres, femmes et hommes, sont des officiers de la marine nationale et de la marine marchande, des ingénieurs de marine, des scientifiques (CNRS, universités, IRD), océanographes, hydrographes, météorologistes et climatologues, dynamiciens, historiens, géographes, archivistes, peintres de marine, écrivains, juristes, économistes… Ils sont répartis en 6 sections de 13 membres chacune : marine militaire, marine marchande pêche et plaisance, navigation et océanologie, sciences et techniques, histoire lettres et arts, droit et économie. Ces sections se réunissent régulièrement. Deux membres de l’Académie de marine font partie du Bureau des longitudes (hébergé à l’Institut de France, cette académie des sciences de la Terre et de l’Univers est sous la tutelle du Ministère de l’Enseignement supérieur, de la Recherche et de l’Innovation, et entretient par ailleurs des liens étroits avec l’Académie des sciences).

Dès sa refondation, l’Académie de marine a accueilli des personnalités de premier plan, qu’il s’agisse des amiraux Lucien Lacaze ou Raoul Castex, des ingénieurs et des scientifiques tels qu’Emile Bertin, Maxime Lauboeuf, Paul Langevin, Roger Brard ou Théodore Monod, des navigateurs comme Éric Tabarly ou Jean-Baptiste Charcot, des personnalités du monde commercial et industriel tels qu’Henri Cangardel,  des peintres et des écrivains comme Marin-Marie ou Édouard Peisson, des historiens tels que Charles de La Roncière ou Michel Mollat du Jourdin… pour n’en citer que quelques-uns.

Ainsi, elle se trouve engagée depuis lors dans tous les débats et dans toutes les avancées concernant le renouveau de la pensée stratégique, la construction navale, pour les grands paquebots, les sous-marins ou les méthaniers, les avancées du droit de la mer, la découverte et l’exploration des grands fonds marins, les progrès de l’hydrographie, la naissance d’une véritable histoire maritime, le développement de la course au large et l’évolution de la peinture de Marine ou le renouvellement du genre du roman maritime…

Les conférences bimensuelles présentant ces sujets et permettant d’entendre les acteurs du terrain, les rapports rédigés sur des sujets d’actualité liés aux problèmes océaniques sont publiés dans les Communications et mémoires éditées régulièrement par l’Académie depuis 1922. À cette publication s’ajoutent un bulletin interne et, plus récemment, une Lettre diffusée à tous les publics intéressés par ses travaux. Un site internet Académie de marine (academiedemarine.com) complète ces informations. L’attribution de prix (prix de fondation, prix littéraires et prix de thèse) est aussi, depuis 1921, une activité importante de l’Académie. Il s’agit, conformément à ses statuts, d’encourager des travaux de recherche ou des réalisations innovantes.

Après une rénovation de grande ampleur entreprise en 2015, l’Hôtel de la Marine, 4 rue Royale, dans le 8ème arrondissement de Paris, accueille de nouveau le siège de l’Académie de Marine. La bibliothèque historique de l’Académie de marine de Brest reste conservée au Service historique de la Défense, site de Brest, dans la ville qui fut le berceau de sa première fondation. Ses manuscrits, comme ses archives, sont conservés au Service historique de la Défense, à Vincennes.

L’Académie de Marine est, comme les autres académies, un espace de réflexion et d’échanges où se rencontrent savants et artistes, juristes et industriels, militaires et historiens. La diversité des spécialités et des points de vue exprimés permet l’élaboration de synthèses pluridisciplinaires, de rédiger des avis ou des recommandations destinés aux pouvoirs publics et, à travers colloques et publications, d’éclairer l’opinion sur les grands enjeux maritimes. Pour les décennies à venir, compte tenu de la place que l’océan tient dans la géopolitique, dans les progrès scientifiques, dans l’imaginaire et la culture, les chantiers ne manquent pas pour les académiciens…

Académie de marine

 

Retour haut de page