DEVENIR MÉCÈNE

Le Petit Poisson et le Pêcheur

Il s’agit de la fable III du livre V des Fables choisies, publié en 1668. Le fonds Erhard comprend 74 illustrations de cette fable.


Pistes pédagogiques

 

  • Résumer les propos du pêcheur en une phrase ou en une expression et caractériser son ton (vers 8-10 et 20-23). Choisir les quatre images qui en rendent le mieux compte et donner les raisons de son choix.
  • Comparer la place tenue par l’argumentation du poisson dans le récit et la représentation du personnage dans les images. Commenter.
  • Commenter l’impression qui se dégage du décor de l’ensemble des images et la mettre en relation avec le ton général de la fable et sa morale.

Choisir le vers que l’on préfère et l’image qui pourrait l’illustrer.

 

Le petit Poisson et le Pêcheur

 

Petit poisson deviendra grand,
Pourvu que Dieu lui prête vie.
Mais le lâcher en attendant,
Je tiens pour moi que c’est folie ;
Car de le rattraper il n’est pas trop certain.

Un carpeau qui n’était encore que fretin
Fut pris par un pêcheur au bord d’une rivière.
« Tout fait nombre, dit l’homme en voyant son butin ;
Voilà commencement de chère et de festin :
Mettons-le en notre gibecière. »
Le pauvre carpillon lui dit en sa manière :
« Que ferez-vous de moi ? je ne saurais fournir
Au plus qu’une demi-bouchée ;
Laissez-moi carpe devenir :
Je serai par vous repêchée.
Quelque gros partisan m’achètera bien cher,
Au lieu qu’il vous en faut chercher
Peut-être encor cent de ma taille
Pour faire un plat. Quel plat ? croyez-moi ; rien qui vaille.
– Rien qui vaille ? Eh bien soit, repartit le pêcheur ;
Poisson, mon bel ami, qui faites le prêcheur,
Vous irez dans la poêle ; et vous avez beau dire,
Dès ce soir on vous fera frire. »

Un Tien vaut, ce dit-on, mieux que deux Tu l’auras :
L’un est sûr, l’autre ne l’est pas.

Retour haut de page