DEVENIR MÉCÈNE

Les cinq
Académies

L’Institut de France offre aux cinq Académies un cadre harmonieux pour travailler au perfectionnement des lettres, des sciences et des arts à titre non lucratif. Chaque académie dispose d’un jour de la semaine pour la tenue de ses séances, de ses colloques et événements publics dans les espaces du palais. Le lundi est le jour de l’Académie des sciences morales et politiques, le mardi le jour de l’Académie des sciences, le mercredi celui de l’Académie des beaux-arts, le jeudi celui de l’Académie française et enfin le vendredi celui de l’Académie des inscriptions et belles-lettres.

Plusieurs fois dans l’année, lors des séances solennelles sous la Coupole, les académiciens revêtent « l’habit vert » (en réalité noir, brodé de rameaux d’olivier vert et or) et portent pour la plupart d’entre eux l’épée, véritable œuvre d’art ornée de symboles personnels de leur choix.

L’Académie
française

Créée en 1635 par Richelieu, elle compte statutairement 40 membres. La mission qui lui fut assignée dès l’origine est de travailler à « donner des règles certaines à notre langue et à la rendre pure, éloquente et capable de traiter les arts et les sciences ». Dans cet esprit, elle veille sur la langue française à travers l’élaboration de son Dictionnaire et la défense de la francophonie.

Secrétaire perpétuel : Hélène Carrère d’Encausse

L’Académie des inscriptions
et belles-lettres

Fondée en 1663 à l’initiative de Colbert, elle favorise l’avancement et la diffusion des connaissances historiques et philologiques dans les domaines de l’Antiquité classique, de l’Orientalisme, du Moyen Âge prolongé jusqu’à l’Âge classique, auxquels s’ajoutent aujourd’hui l’étude d’autres civilisations (monde amérindien) et la linguistique générale. Elle exerce une fonction de conseil et d’expertise auprès des autorités publiques, veille à la promotion et à la valorisation de la recherche par les prix et récompenses qu’elle décerne et se distingue par son importante activité d’édition. Elle réunit 55 membres, 40 associés étrangers ainsi que 100 correspondants français et étrangers.

Secrétaire perpétuel : Michel Zink

L’Académie
des sciences

Créée par Colbert en 1666, l’Académie des sciences est une assemblée de scientifiques, choisis parmi les plus éminents spécialistes français et étrangers. Les réflexions et débats qu’elle conduit ont pour rôle de fournir à tous un cadre d’expertise, de conseil et d’alerte vis-à-vis des enjeux politiques, éthiques et sociétaux que pose la science. En vertu de cette mission, elle œuvre au partage de la science pour éclairer les choix des citoyens, et formule des recommandations, sur lesquelles peuvent s’appuyer les autorités gouvernementales. Elle soutient en outre la recherche, s’engage pour la qualité de l’enseignement des sciences et participe à la vie scientifique internationale. Elle compte actuellement 282 membres, 114 associés étrangers et 70 correspondants.

Secrétaires perpétuels : Pascale Cossart et Étienne Ghys

L’Académie
des beaux-arts

Fondée en 1816, elle est l’héritière des Académies royales de peinture et de sculpture, créées en 1648, de musique, datant de 1669, et d’architecture, fondée en 1671. Forte de 63 membres répartis dans 9 sections, l’Académie des beaux-arts s’attache à promouvoir et encourager la création artistique dans toutes ses expressions et veille à la défense du patrimoine culturel français. Elle poursuit ses missions de soutien à la création par les nombreux prix qu’elle décerne chaque année, une politique active de partenariats avec des institutions culturelles ainsi que ses activités de conseil des pouvoirs publics.

Secrétaire perpétuel : Laurent Petitgirard

L’Académie des sciences
morales et politiques

Fille des Lumières, établie dans sa forme actuelle par Guizot en 1832, l’Académie des sciences morales et politiques est la plus ancienne institution consacrée aux sciences de l’homme. Croisant des approches philosophiques, psychologiques, sociologiques, juridiques, économiques, politiques, historiques et géographiques, elle offre un espace de discussion libre et informé sur toutes les questions qui intéressent l’avenir de la société, afin de nourrir la réflexion des citoyens et des pouvoirs publics. Elle est composée de 50 membres, 12 associés étrangers et 60 correspondants parmi lesquels se mêlent universitaires et acteurs de la vie politique, économique, judiciaire, sociale ou culturelle, unis par une même exigence de rigueur intellectuelle.

Secrétaire perpétuel : Jean-Robert Pitte

Retour haut de page

L’Académie
française

L’Académie française se réunit en commissions privées :

  • La Commission administrative gère les biens de la Compagnie.
  • La Commission du Dictionnaire est chargée de son édition.
  • Les commissions littéraires attribuent les divers prix.
  • La commission des œuvres sociales examine les dossiers des familles nombreuses et les demandes de bourses.

Le premier jeudi de décembre, la séance publique annuelle honore les lauréats des prix décernés dans l’année.

La réception d’un académicien fait également l’objet d’une séance publique sous la Coupole. La tradition, qui remonte au XVIIe siècle, veut que le nouvel élu fasse l’éloge de son prédécesseur et que le directeur en fonction à la mort de ce dernier lui réponde.

Hélène Carrère d’Encausse, Secrétaire perpétuel de l’Académie française

L’Académie des inscriptions et belles-lettres

L’Académie est appelée à une triple mission :

  • elle joue un rôle de conseil et d’expert pour les études historiques, archéologiques et philologiques ;
  • elle constitue un foyer de résonance pour les travaux menés dans ces domaines, exerçant une action de promotion pour les recherches d’érudition ;
  • elle veille enfin à la publication d’instruments de travail fondamentaux.

C’est comme un “laboratoire”, et non pas comme un “conservatoire”, qu’entend se présenter aujourd’hui l’Académie des inscriptions et belles-lettres, au centre de travaux vivants, au confluent d’initiatives créatrices.

Michel Zink, Secrétaire perpétuel de l’Académie des inscriptions et belles-lettres

L’Académie
des sciences

L’Académie des sciences est dotée de cinq missions principales : encourager la vie scientifique, promouvoir l’enseignement des sciences, transmettre les connaissances, favoriser les collaborations internationales et assurer un rôle d’expertise et de conseil.

Les académiciens sont répartis dans des sections appartenant à l’une ou l’autre des deux divisions : sciences mathématiques et physiques, sciences de l’univers, et leurs applications et sciences chimiques, biologiques et médicales, et leurs applications. Ils exercent notamment leur mission au sein de comités de réflexion thématiques, qui constituent la pierre angulaire de l’activité de conseil et d’expertise de l’Académie.


Pascale Cossart, Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences.

Étienne Ghys, Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences.

L’Académie
des beaux-arts

L’Académie tient séance chaque mercredi. Ces réunions, auxquelles sont parfois conviées des personnalités du monde culturel, donnent lieu à des débats touchant l’actualité artistique, le patrimoine ou l’histoire de l’art. Il s’y prépare aussi les réponses aux questions relevant des compétences de la Compagnie, que peuvent lui soumettre les pouvoirs publics, les associations ou les personnes privées. Plusieurs fois par an, ces séances sont suivies d’une communication publique ou privée présentée par une personnalité pressentie par l’Académie. Ces communications font l’objet d’une publication régulière.

Laurent Petitgirard, Secrétaire perpétuel
de l’Académie des beaux-arts.

L’Académie des sciences
morales et politiques

“Conseiller irremplaçable des pouvoirs publics et observateur attentif de la vie de la cité” selon le président Jacques Chirac (10 octobre 1995), l’Académie est tournée vers les débats de société. Quand cela lui semble nécessaire, elle saisit les pouvoirs publics, sous la forme de motions et d’avis.

L’Académie distribue chaque année une cinquantaine de prix, bourses, médailles, diplômes et aides caritatives. Ces Prix, ouverts à tous, sont rendus publics au cours de la séance solennelle de rentrée de l’Académie, à la mi-novembre, sous la Coupole de l’Institut de France.

L’Académie se réunit en séance publique les lundis. Elle publie régulièrement ses travaux sur son site internet.

Jean-Robert Pitte, Secrétaire perpétuel de l’Académie des sciences morales et politiques.