DEVENIR MÉCÈNE

Le Loup et la Cigogne

Il s’agit de la fable IX du livre III des Fables choisies, publié en 1668. Le fonds Erhard comprend 56 illustrations de cette fable.

Percy Billinghurst
Raymond de La Nézière
Épinal
Augustin Legrand
Gouget
Imagerie d'Épinal
Jean-Jacques Grandville
Jordis
Valentin Foulquier
Épinal
Le Prieur

Pistes pédagogiques

• Comment l’auteur donne-t-il au récit sa légèreté ? Et comment les images rendent-elles compte de sa cocasserie ?
• Quelle morale peut-on tirer de la fable et comment les images la mettent-elles en scène paradoxalement pour la livrer à leur tour ?
• Comparer le traitement de la cigogne dans le texte et dans les images.

Choisir le vers que l’on préfère et l’image qui pourrait l’illustrer.

Le Loup et la Cigogne

Les Loups mangent gloutonnement.
Un Loup donc étant de frairie,
Se pressa, dit-on, tellement
Qu’il en pensa perdre la vie.
Un os lui demeura bien avant au gosier.
De bonheur pour ce Loup, qui ne pouvait crier,
Près de là passe une Cigogne ;
Il lui fait signe, elle accourt.
Voilà l’Opératrice aussitôt en besogne.
Elle retira l’os ; puis pour un si bon tour
Elle demanda son salaire.
« Votre salaire ? dit le Loup :
Vous riez, ma bonne Commère.
Quoi ! ce n’est pas encor beaucoup
D’avoir de mon gosier retiré votre cou ?
Allez, vous êtes une ingrate ;
Ne tombez jamais sous ma patte.

Retour haut de page